En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Histoire de Fresnes, prison " moderne "

Histoire de Fresnes, prison " moderne "


Christian Carlier
La Découverte
Format : ePub sans DRM

18,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR

Pour éclairer l'histoire de la prison de Fresnes et sa place actuelle dans le système pénitentiaire français, il est indispensable de revenir sur la genèse de ce qui fut présenté, à l'époque, comme le modèle de la prison " moderne ". Tel est le propos de cet ouvrage où l'auteur retrace le contexte historique et politique qui conduit à la création de ce dispositif carcéral aussi parfait dans sa rationalité qu'inhumain.
L'année 1998 marque le centenaire de la prison de Fresnes, aujourd'hui l'une des plus célèbres et des plus importantes de France. Pour éclairer son histoire et sa place actuelle dans le système pénitentiaire français, il est indispensable de revenir sur la genèse de ce qui fut présenté à l'époque comme le modèle de la prison " moderne ". Tel est le propos de cet ouvrage où l'auteur retrace le contexte historique et politique qui conduit à la création de ce dispositif carcéral aussi parfait dans sa rationalité qu'inhumain. Il montre comment le rêve philanthropique d'une prison qui serait moins pire que la mort se résuma plus prosaïquement - de compromis en récupérations politiques - à extraire de la capitale ces " verrues " que constituaient les vielles prisons parisiennes. Ainsi naquit Fresnes et ses quelque 2 000 cellules, application la plus monstrueuses de la loi de 1875 qui tendait à généraliser l'emprisonnement cellulaire. Car la cellule dotée de tout confort moderne (eau et électricité à tous les étages) fut pour les détenus - " voleurs de poules " pour la majorité - de la torture propre : quatre murs d'un espace restreint dont on ne sortait que cagoulé et en silence. Non seulement l'isolement total des détenus n'arrêta pas les fléaux (la tuberculose y fit plus de ravages que dans les prisons en commun), mais il induisit une souffrance morale et une folie dont se font l'écho les journaux de prisonniers cités dans le livre. Un ouvrage de référence, remarquablement documenté, sur le grand tournant cellulaire du système pénitentiaire français.