En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Guerres de religion

Guerres de religion


Histoire de France

Jules Michelet
Collection XIX
Format : ePub sans DRM

4,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR

« Mon cœur avait été saisi par la grandeur de la révolution religieuse, attendri des martyrs, que j’ai dû prendre à leur touchant berceau, suivre dans leurs actes héroïques, conduire, assister au bûcher. Les livres ne signifient plus rien devant ces actes. Chacun de ces saints fut un livre où l’humanité lira éternellement. Et, quant à l’art, quelle œuvre opposerait-il à la grande construction morale que bâtit le seizième siècle ? La forte base, immense, mystérieuse, s’est faite des souffrances du peuple et des vertus des saints, de leur foi simple, dont la portée hardie leur fut inconnue à eux-mêmes, enfin de leurs sublimes morts. Tout cela infiniment libre. Mais une école en sort qui fait du martyre une discipline et une institution, qui enferme dans une formule la grande âme brûlante de la révolution religieuse. Cette âme y tiendra-t-elle ? La liberté qui fut la base, va-t-elle reparaître au sommet ? Voilà les questions qui m’ont troublé jadis. La voie était obscure et pleine d’ombres ; je voyais seulement, au bout de ces ténèbres, un point rouge, la Saint-Barthélemy. Mais maintenant la lumière s’est faite, telle que ne l’eut aucun contemporain. Tous les grands acteurs de l’époque, et les coupables même, sont venus déposer, et on les a connus par leurs aveux. Philippe II s’est révélé, et, grâce à lui, l’Escurial est percé de part en part. Le duc d’Albe s’est révélé, et nous avons sa pensée jour par jour, en face de celle de Granvelle. Nous connaissons par eux leur incapacité, leur vertige et leur désespoir au moment de la crise. Le duc d’Albe était perdu en 1572, près de devenir fou. Il faisait prier pour lui dans toutes les églises, consultait les sorciers, implorait un miracle ou du Diable ou de Dieu. Le 10 août, ce miracle lui fut promis pour le 24. Les tergiversations de la misérable cour de France, qui si longtemps voulut, ne voulut pas et voulut de nouveau (poussée par ses besoins, par le riche parti qui lui faisait l’aumône), et qui prit à la fin du courage à force de peur, tout cela n’est pas moins clair aujourd’hui, lucide, incontestable. Ce que le Louvre avait pour nous d’obscur s’est trouvé illuminé tout à coup par cette foule de documents nouveaux qui, d’Angleterre et de Hollande, de Madrid, de Bruxelles, de Rome, d’Allemagne même et du Levant, sont venus à la fois pour l’éclairer. Et, de tant de rayons croisés, une lumière s’est faite, intense, implacable et terrible. »
Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.