En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Correspondance (1920-1959)

Correspondance (1920-1959)


André Breton , Benjamin Péret
Editions Gallimard
Format : PDF,ePub

20,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
La correspondance entre André Breton et Benjamin Péret – 1920-1959 – revêt une importance majeure pour la connaissance du surréalisme, non seulement parce qu’elle représente une source inédite de l’histoire du mouvement depuis son origine mais, surtout, parce qu’elle constitue un exemple rare, sinon unique, d’une collaboration étroite et d’une amitié de toute une vie entre deux poètes. Breton disait de Péret : "J’en parle de trop près comme d’une lumière qui jour après jour […] m’a embelli la vie." Tandis que Péret déclarait : "Je suis, à coup sûr, moins qualifié que quiconque pour parler d’André Breton parce que je ne pourrai jamais disposer du recul nécessaire pour apprécier une œuvre et surtout une vie qui m’est si amicalement proche depuis près de quarante ans." Cette correspondance montre, loin des idées toutes faites, la véritable nature de cette relation reposant sur des affinités électives, des inclinations et des goûts sensiblement différents, mais en même temps complémentaires et indissociables. Comme le souligne Claude Courtot : "Ce principe supérieur ne serait-ce pas le signe d’une personnalité unique – trop écrasante pour un seul homme – […] et qu’ils s’efforceront de rassembler ?" On assiste à un dialogue mené sur un pied d’égalité n’excluant ni les désaccords ni les nuances et qui apporte un démenti aux caricatures faisant de Breton un chef autoritaire et dominateur et de Péret le fidèle exécutant dans l’ombre du maître. Tout au long de ces presque quarante années d’échange se succèdent des moments sombres ou lumineux : toute une vie à la hauteur de l’idée de liberté, d’émancipation de l’esprit et de transformation sociale que le surréalisme s’était fixée dès sa naissance.